Mon métier : libraire

« Ah j’ai toujours rêvé de faire ce métier ! », « Vous faites un métier de rêve ! » voilà ce que l’on me dit très régulièrement à la librairie. Mais il y a également des questions : « vous lisez beaucoup ? », « vous faites quoi toute la journée ? » et j’en passe des millions. Le métier de libraire n’est pas un métier aussi explicite que plombier, je l’admets, on le rapproche ou confond souvent avec le métier de bibliothécaire et pourtant…

Voilà plusieurs années que j’essaie de poser les mots pour décrire mon métier, mais ce n’est pas si simple que cela peut paraître. Je sais aussi qu’il est très difficile de trouver des témoignages sur Internet pour mieux découvrir le métier, j’ai moi-même voulu faire des recherches avant de le devenir. Aujourd’hui je me lance pour de bon et je vais faire au mieux pour vous l’expliquer.

Avant de connaître ce que fait un libraire au quotidien il faut savoir ce qu’est une librairie. Beaucoup de personnes oublient que c’est un commerce. Eh oui, une librairie est un commerce de livres où des clients se déplacent pour acheter, là est la différence fondamentale avec les bibliothèques. Ce ne sont pas des clients mais des usagés qui y vont pour emprunter. Elles ont une mission culturelle au sein de la ville où elles se trouvent, alors que la librairie son but c’est de vivre et donc de faire du chiffre d’affaires. Je sais que cela enlève du glamour, mais c’est une entreprise et toute entreprise se doit de faire du chiffre pour vivre même si on est d’accord, la plupart des libraires vont chercher à vivre sans pour autant vouloir s’enrichir.

Un commerce oui, mais pas comme les autres. Au-delà du fait que l’on vend de la culture il a également une autre grande différence avec les commerces lambda c’est que le libraire ne choisie pas sa marge pour vivre. On appelle cela la loi Lang ou encore le prix unique du livre. Chaque éditeur décide du prix auquel les libraires doivent vendre ses livres donc quand le libraire reçoit un livre en magasin il ne va pas pouvoir dire que le livre à 15€ il va le vendre à 30€ pour pouvoir payer ses factures, ses éventuels salariés etc. Non, si l’éditeur dit que le prix public du livre est de 15€ le client doit le payer 15€. Mais alors comment les libraires font pour vivre ? J’y viens, le libraire négocie avec l’éditeur une remise qui va lui permettre d’acheter moins cher le livre et donc de payer ses factures d’électricités (entre autre). La remise varie selon les éditeurs, on dit qu’il faut en moyenne 35% pour qu’une librairie tourne bien, mais ce n’est qu’une moyenne.

(Le prix du livre est unique en France et cela vaut même sur Internet… )

Vous venez de voir une des premières facettes du métier : négocier. Le libraire chaque année, idéalement, va essayer de négocier ses remises auprès des éditeurs en s’appuyant sur les chiffres qu’il fait dans leur catalogue. Ce n’est pas une partie de plaisir mais il faut le faire.

Libraire c’est un métier de choix

C’est ce que l’on nous répétait sans arrêt quand j’étais en formation et c’est vrai ! Ce qui différencie d’une librairie à une autre c’est les livres que vous trouvez dans les rayons et leur quantité. Seul le libraire (ou le salarié attribué à un rayon) décide de ce qu’il va mettre dans sa librairie et en quelle quantité en fonction de ses goûts, les goûts de ses clients et ses convictions. Ce que le libraire n’a pas en rayon il doit le commander au client, dans la limite de la disponibilité du livre évidemment. Le libraire passe beaucoup de temps tout au long de l’année avec les représentants des catalogues des différents éditeurs à faire son choix et passer les commandes.

Au niveau de la gestion au quotidien c’est simple : le libraire ouvre les cartons (après avoir porté les cartons de 20kg et les avoir rangés en réserve s’il y en a) pour sortir et rentrer en stock les livres. Il attribut un rayon à chaque livre dans son logiciel puis les ranges (c’est à ce moment-là où vous voyez le libraire avec une pile aussi haute que lui dans les bras), il fait du retour c’est-à-dire qu’il vide ses rayons pour pouvoir mettre les nouveaux arrivants donc il se demande « pourquoi j’ai ce livre, ça fait combien de temps que je l’ai, comment je l’ai vendu, faut-il que je le garde ? » une fois les livres sorties des rayons il faut les sortir du stock et les mettre en cartons pour les renvoyer. Il prépare ses animations, s’occupe des réseaux sociaux et du site Internet s’il y en a et de changer les vitrines. Il s’occupe également des bibliothèques, lycées, collèges, écoles avec qui il travaille en les conseillant, passant les commandes réceptionnant les (grosses) commandes, les mettre en cartons et les livrer. Mais évidemment, sa priorité c’est de répondre et conseiller les clients que ce soit physiquement, par téléphone où même par mails.

Cela fait des journées bien remplies. Je vous mets le lien d’une vidéo qu’une libraire et booktubeuse (que j’aime beaucoup) à faite sur le quotidien du libraire, elle est vraiment bien faite.

Mais où est la lecture dans tout ça ?

Vous avez compris le libraire n’a absolument pas le temps de lire durant son temps de travail c’est pour cela que c’est un métier de passion. Le libraire une fois rentré chez lui est toujours libraire, il doit lire, c’est une obligation pour qu’il puisse vendre et conseiller au mieux ses clients. Il faut qu’il puisse dire que tel livre va correspondre à tel personne, que ce roman est moins bon que le précédent, qu’il définit à quel public ce livre est plutôt dédié (5ans ? 10 ans ? Plus de 16 ans ?). Même si, il est IMPOSSIBLE de tout lire ! Là encore le libraire va faire son choix.

Une dernière chose qui dit commerçant dit travailler les samedis (voir les dimanches dans certaines librairies). Libraire c’est un choix de vie qui a des conséquences sur votre vie personnelle (jours de travail et temps de lecture), c’est physique que ce soit pour porter les cartons lourds, les piles de livres mais aussi rester debout toute la journée et il faut se le dire c’est très énergivore… on est tout le temps débordé !

Mais les rencontre humaines sont passionnantes, le partage et les liens qui se créent avec les clients sont magiques c’est un métier riche et passionnant ! Moi, je l’aime.

J’espère que cet article vous aura aidé à mieux comprendre le métier de libraire, il est très difficile de le résumer par sa richesse. Si vous avez des questions n’hésitez pas à me les poser, j’y répondrais au mieux et avec plaisir !

J’écoute, je lis, je regarde…#1

Nouvelle catégorie sur le blog. Elle va me permettre de vous partager les livres dont j’ai envie de vous parler, les musiques, films et séries de mon moment et des chaines YouTube et Podcasts que j’aime. Quel programme !

MUSIQUE

En ce moment, je suis beaucoup sur les chansons à textes. Elles m’inspirent, m’emportent et me fait frissonner. Et notamment la belle voix grave de Arthur H. Mes deux préférées de son dernier album sont Assassine de la nuit et La boxeuse amoureuse (le clip est magnifique !).

J’écoute également Angèle, surtout dans la voiture où l’album tourne en boucle. Une voix douce, franche et honnête. Des paroles saisissantes. On l’entend beaucoup à la radios notemment avec sa chanson Balance ton quoi (j’adore le clip d’ailleurs !).

SÉRIE

La sortie de la saison 2 de Happy ! sur Netflix me permet de vous en parler. Une série complètement loufoque, mais que j’ai vraiment adoré. Dans la saison 1 vous découvrez le personnage principal, Nick Sax c’est une personne cassée par la vie qui boit beaucoup et se drogue. Un jour il se met à voir une licorne bleue qui lui parle et lui dit qu’une petite fille de prénom de Ellie a été kidnappé.

source : allociné.fr

La deuxième saison est déjà consommé pour ma part et je vous avoue qu’ils ont appuyé sur le côté loufoque et sa part dans tous les sens ! J’ai préféré la première saison, mais ça ne m’a pas empêché de regarder jusqu’au bout et de me dire : « vivement la prochaine saison ! »

Je ne peux également pas me passer de vous parler de Jessica Jones ! Je ne suis pas une inconditionnelle des Marvel, mais ce personnage…!!!! (= je l’aime ENORMEMENT !)

Notre super-héroïne à une force physique surhumaine, elle s’en sert dans son métier de détective privé. Elle est hantée par son passé et se cache à NY en résolvant de sales affaires. Des personnages secondaires se rajoutent au fur et à mesure du temps et sont vraiment très bien développés. Vous l’aurez compris, c’est une série que j’attends chaque nouvelle saison avec impatience.

Je crois que c’est mon héroïne préférée (et donc super-héroïne préférée) et je suis devenue dingue de cette actrice. D’ailleurs Krsiten Ritter (Jessica Jones) a écrit un livre (policier) Bonfire que j’ai dans ma pile à lire. Je ne l’ai pas encore lu, mais je suis fan rien que de l’avoir 😂.

YOUTUBE ET PODCAST

Je ne sais pas si c’est la société qui m’influence, mais je suis en mode « femme » en ce moment. J’aime beaucoup l’idée d’abaisser les tabous liés à mon genre, de communiquer sur des sujets qui sont importants dans nos vies et les 2 émissions dont je vais vous parler me permet de répondre à mes questions et surtout à celles dont je ne me suis jamais posées.

Parlons peu, mais parlons ! est une chaîne YouTube que je regarde depuis quelques années maintenant. Maud et Juliette répondent à toutes les questions que l’on peut se poser, que l’on doit se poser, de manière ludique, drôle et intelligente sur la sexualité, le couple, l’amour… Elles ne parlent pas que des femmes et cela aussi c’est super intéressant. Je la recommande pour les adolescents, les jeunes adultes et adultes qui cherche des réponses. Je les adore, elles me font rire et m’apprennent pleins de choses.

Le cabinet de curiosité féminine est un podcast clairement explicite attention à ne pas mettre entre toutes les petites oreilles. Ici la sexualité féminine est abordée avec des hommes et des femmes qui débattent sur certains thèmes et sujets liés à la sexualité féminine. Toujours dans l’intérêt de dédramatiser et enlever les tabous. C’est une émission sérieuse et très intéressante parce qu’il n’y a aucun filtre, moi, j’ai l’impression de participer au débat à chaque fois et j’adore !

Et vous, qu’est-ce-que vous écoutez et regardez en ce moment ?

Mon entretien de mes orchidées

Avouez mes petits lecteurs que vous faites partie de ces personnes qui se demande : « mais comment on fait refleurir ses orchidées ????« . Pas de panique, je comprends, je me suis posée la question durant plusieurs années. Je pense que j’ai trouvé la réponse et je vais vous la partager.

Avant toutes choses, je précise que je ne suis pas une pro du jardinage. Je suis simplement une personne lambda qui aime les plantes d’intérieures et qui essaie tant bien que mal d’en prendre soin, comme vous quoi 😉.

©lucieséparpille
J’ai bien galéré à prendre cette photo avec mes 3 orchidées, je suis désolée je n’ai pas réussi à faire mieux 😂

La petite orchidée rose (à droite sur la photo) ça fait 6 ans que je l’ai et c’est la première fois qu’elle refleurie, comme quoi il ne faut jamais désespérer ! Il faut de la patience avec ces fleurs, mais aussi quelques autres conditions que je vais vous partager.

Première chose très importante pour une orchidée c’est la lumière. Plus elle a de la lumière mieux elle va se porter et elle refera des fleurs plus facilement. L’idéal c’est la placer près d’une fenêtre ou en face pour qu’elle soit en pleine lumière. ATTENTION, qui dit lumière ne dit pas soleil ! Si vous mettez votre orchidée près d’une fenêtre ou le soleil tape toute la journée les feuilles de votre plante vont bruler et devenir jaune/marron si cela vous arrive, pas de panique trouver lui un autre endroit lumineux ou mettez un voilage sur vos fenêtres.

Chaque semaine, je fais le tour de mes plantes et je leur demande si elles ont soif. Et les orchidées sont les plantes qui me répondent avec un message clair et simple. Je vais vous aider à le décrypter. Chaque semaine (un peu plus s’il fait vraiment très chaud) aller voir votre orchidée et sortait là de son cache pot si vous lui en avait mis un. Ces racines vont vous dire si elles ont soif ou non. Selon la couleur vous allez savoir si elles ont besoin d’eau. Plus les racines sont d’un vert vif moins elles ont besoin d’eau et inversement si les racines sont vertes pale/blanche c’est que votre orchidée à envie d’eau. Regardez les photos ci-dessous elles vont vous aider.

Sur la photo ci-dessus les racines de l’orchidée sont vertes vives presque fluo. Si les racines sont de cette couleur, il ne faut pas l’arroser ! Si vous lui rajoutez de l’eau cela va la noyer et/ou faire pourrir les racines.

Regardez, les racines ici, sont presque blanches en tout cas d’un vert très pale. Il faut arroser votre orchidée.

Pour cela, je vous conseille de vous mettre au-dessus de votre évier, vous l’arrosez abondamment avec un jet fin en tournant le pot pour que l’eau aille bien partout. Ensuite, vous la laissez s’égoutter quelques minutes. Pour savoir si votre orchidée est prête à retrouver sa place vous la soulevé il ne doit pas y avoir d’eau qui coule du pot. Si vous allez la replacer et qu’elle n’a pas fini de s’égoutter l’eau va stagner au fond de votre cache pot ou de votre coupelle et va faire pourrir les racines. Attendez bien que tout le surplus d’eau soit partie.

Vous venez de voir deux cas simples ou les racines sont extrêmement sèchent et mouillées, mais en réalité vous pouvez aussi tomber sur ce genre de situation :

L’orchidée est en général plutôt d’un vert pale, mais à des endroits encore un vert vif. Quand vous voyez des traces d’humidité comme ici, attendez, n’arrosez pas. Votre orchidée à encore des ressources en eau. Il faut savoir que pour n’importe quelle plante d’intérieur mieux vos un manque d’eau qu’un surplus d’eau. Si vous avez le moindre doute c’est que vos racines ne sont pas entièrement sèches. Arrosez vraiment que quand elles sont très pales et qu’elle vire sur le blanc comme précédemment.

Et voilà, depuis que je fais attention à l’emplacement de mes orchidées et que je scrute leur besoin en eau, elles ne font que refleurir et se porte très bien ! Soyez patient et rigoureux et vous aurez de jolies fleurs. 🌺

Trois jours dans le jura au mois de mars avec son chien

Hey mes petits lecteurs, pour ce premier véritable article on retourne en arrière au mois de mars et on part en vacances ! Bon on oublie le soleil les cocotiers et on emmène la montagne et la neige. Couvrez-vous c’est parti !

Oui, c’est les vacances ! Sur la semaine je voulais partir quelques jours pour changer d’aire et randonner avec mon chien. Il faut savoir que ma chienne est mon premier chien et que ça faisait seulement quelques mois que je l’avais. Premières vacances toutes les deux, comment dois-je m’y prendre ?

La première épreuve c’est de trouver un logement qui accepte les chiens. Mon réflexe a été d’aller voir directement sur le site Airbnb. J’ai vu juste puisque dans les paramètres de recherche on peut rajouter que l’on voyage avec son animal de compagnie. Attention vérifiez bien dans la fiche que les animaux sont acceptés avant de faire votre choix et surtout n’hésitez pas à faire confirmé par l’hôte que c’est bien possible ! Evitez-vous la panique au moment où vous arrivez sur votre lieu de vacances et que finalement il n’accepte pas votre bébé poilu…😰

Je suis partie dans le jura parce que j’adore les paysages montagnards très reposants et ressourçants, mais surtout j’avais pour objectif de faire les cascades du hérisson.

©lucieséparpille

C’est une randonnée de 12 kilomètres qui dure en moyenne 4 heures où les chiens sont acceptés en laisse. N’oubliez pas de passer chez le véto pour vérifier si votre toutou à la santé et le physique pour marcher autant. Petite chose importante à savoir ; le parking ou démarre la randonnée était gratuit pendant cette période, hors saison, mais en règle générale il est payant, renseignez-vous avant de partir. L’avantage avec cette période autre que le parking gratuit c’est qu’il y a énormément d’eau et les cascades sont impressionnantes.

En hiver, les sols sont glissants ayez de bonnes chaussures de marche. Je vous conseille de prendre une longe pour votre chien et de l’attacher autour de votre taille. Cela permet que chacun garde son rythme et de pouvoir retenir votre chien avec votre corps s’il glisse. Sans ça, l’ascension est rude au départ mais l’aménagement permet de ne pas ressentir la montée et au fur est à mesure que vous prenez de l’altitude ça devient plus simple.

©lucieséparpille

Attention, il y a des zones qui sont plus ou moins « inondée » surtout quand il neige et probablement quand il pleut. N’hésitez pas à encourager votre toutou s’il est comme la mienne, qu’il n’aime pas l’eau. Ça va le motiver et il sera fier de lui et heureux de vous faire plaisir. 😉

Attention, il faut monter mais aussi descendre, ce n’est pas une boucle ! Personnellement, j’ai adoré cette jolie balade dans les montagnes, les paysages sont magnifiques et avec la neige qui tombait c’était magique. Ça m’a également permis de renforcer le lien avec Osca (ma chienne).

©lucieséparpille

Bien évidemment sur 3 jours nous n’avons pas fait que cette randonnée même si c’était l’objectif principal de ce séjour. Dans un premier temps on c’est beaucoup baladé dans les villes et villages aux alentours et notamment à Morbier. D’ailleurs, à l’office du tourisme ils sont super sympa et t’explique tout ce que tu peux faire en fonction de la météo. Ce qu’il faut voir à Morbier c’est le train. Malheureusement, je n’ai pas réussi à le prendre en photo avec le temps magnifique que j’ai eu la chance d’avoir (ironie) !

La photo provient du site Jura tourisme

Voici les voies de chemin de fer que l’on peut voir à Morbier. Apparemment, c’est très joli à faire, mais faite le quand le temps est dégagé pour profiter du paysage… Mais comme le temps ne s’y prêtait pas, j’ai décidé d’emmener Osca près des pistes de ski pour qu’elle découvre la neige, la vraie, en quantité ! Il existe une petite station à Morbier très sympa et familiale. Je vous laisse admirer le paysage ci-dessous (l’effet flou des photos c’est toujours la neige qui tombe…).

Nous avons également profité du cadre magnifique que nous offrait le Gîte Fleur d’Eau qui se trouve à Grande-Rivière. Avant de vous partager les photos de la tempête de neige ! Je tiens à vous recommander la fruitière qui se trouve un peu avant l’entrée du hameau, le fromage est vraiment excellent ! Même un comté assez jeune il a un gout monstre ! Vous avez des fromages dont on connait les noms, mais vous avez également des choses locales qui donnent bien envie (malheureusement, je n’ai pas pu gouter à tous 😭).

En réalité, sans tempête de neige, ce lac est magnifique, je vous laisse regarder les photos que l’hôte met sur sa page Airbnb (voir le lien ci-dessus), elles sont bien plus représentatives. Il y a la possibilité de faire le tour du lac et il y a un Belvédère aussi à faire mais inaccessible quand il y a beaucoup de neige. Cette église est très jolie, je les prise sous toutes ses coutures.

Et voilà, le petit séjour se termine, nous pouvons enlever les doudounes. J’espère que cet article vous aura plus. Dernier petit conseil pour la route, n’oubliez pas de prendre de l’eau pour vous et votre animal même par un temps comme celui-ci, on se déshydrate rapidement quand on passe ses journées à marcher. Et petite astuce croquette : avant de partir préparer des sachets de congélations où vous aurai mis la dose de croquette dont votre chien à besoin, cela ne prend pas de place une fois que vous avez bien chassé l’aire. Et n’hésitez pas à rajouter des grammes en plus parce que la marche ça creuse !

©lucieséparpille

Présentation du blog

Bonjour mes petits lecteurs !

Voilà quelques années déjà que j’ai créée mon tout premier blog qui était dédié à la lecture et des livres en général. Il s’appelait EnVie D’Lyre pour les petits curieux. Avec les années, je suis devenue libraire (youpi !) et je ne ressentais plus l’envie de partager mes lectures sous forme de blog (vous pouvez retrouver mes avis lectures sur mon compte Instagram). Alors, il y a quelques temps j’ai eu envie de tout recommencer et de reprendre de zéro parce que j’ai envie de vous partager mes multiples passions. Je vous avoue que ça n’est pas si simple, il faut dire adieu à toute une communauté que j’adore et à un blog que j’ai chouchouté et propulsé à bout de mes petits bras doigts. J’ai repris l’écriture il y a peu et je me rends compte que le blogging me manque énormément. Il était donc temps pour moi de tourner la page et d’en commencer une nouvelle. J’aime les nouveaux départs et je suis ravie de partager cela avec vous.

Parlons de choses sérieuses ! Mais que vais-je vous raconter ? Sur ce nouveau bébé je veux vous partager ma passion pour les plantes d’intérieur, mes animaux : Pandi (lapin) et Osca (English Bulldog), mes voyages avec ma chienne, ma passion pour l’écriture, mes rondos pédestres, mes gestes écolo, la musique, l’Art, le cinéma et tout un tas d’autres passions dont je ne soupçonne pas encore l’existence en moi 😉

Bref Lucie s’éparpille c’est pleins de sujets divers et variés toujours dans la bonne humeur et le partage.

Bienvenue sur mon nouveau blog !